ecrivainpublic78®

Sourire printanier

Boulevard du Roi, un lundi à 14h50, un homme se penche vers le pied d’un arbre, et tend la main comme pour enlever une mauvaise herbe ou ramasser quelque chose. Du haut de mon vélo sur la piste cyclable voisine, je m’interroge en passant devant lui. Que cherche-t-il ? Quelques mètres plus loin, arrivée à destination, j'entreprends de cadenasser mon vélo à un panneau, quand une voix d’homme m’interpelle : « ah mais ! C’est mon vélo ça ! ». La voix est joyeuse et taquine.

Je me retourne et vois l’homme qui, deux minutes avant, se penchait sur le pied d’un arbre. Il doit avoir 85 ans environ, et me regarde avec un large sourire édenté de trois dents sur le haut. Amusée, je lui réponds avec le même ton joyeux : « oh mon pauvre, c’était donc le vôtre ! ».  Il a l’air ravi de ma réponse et continue : « j’avais besoin d’un sourire et vous me l’avez donné ! Je vous remercie, vous êtes charmante ! ».  Je le remercie de sa bonne humeur si indispensable au bien-vivre.

L’homme serre dans une de ses mains des brindilles, comme un oiseau qui ferait son nid. Il lit mon interrogation et m’explique qu’il prépare de quoi se chauffer pour le prochain hiver, il se dépêche avant que les oiseaux ne lui prennent tous les branchages ! Un drôle d’oiseau joyeux que ce vieil homme touchant, grâce à qui j’ai eu le sourire accroché tout l’après-midi !